J'aime le ndé

Présentation du Ndé et de sa fille Bangangté

Bangangté  est le chef-lieu du département du Ndé dans la région de l’Ouest. La subdivision de Bangangté a été créée en 1930 par l’arrêté du Haut Commissaire de la France d’Outre-Mer ; la subdivision devint département du Ndé par le décret No 61 du 3 février 1961.
 
La Commune de Bangangté est administrativement créée par Arrêté N° 807 du 29 Novembre 1954 sous la dénomination de la Commune mixte rurale de Bangangté. Vers les années 1980, la Commune va s’agrandir avec la création de deux nouveaux villages que sont Projet I (NkongGam) en 1980 et Projet II en 1989.
 
La population de la ville de Bangangté était estimée à environ 130 000 habitants en 2015. Elle figure parmi le Top 5 des villes les plus propres du Cameroun.L’avènement de la création il y a 20 ans de l’Université des Montagnes a favorisé l’essor rapide de la ville, et plusieurs instituts universitaires privés se sont installés par la suite.
photo-lampadaires-bangante
IMG-20200120-WA0029
Bangangté est découpée en sept (7) groupements :
Bangangté Rural, Bangoulap, Bangoua, Bamena, Bahouoc, Batchingou-Chefferie, Bagam-Fokam.
Chaque groupement est indépendant et est placé sous l’autorité d’un chef de groupement.
 
Le relief de la Commune de Bangangté est accidenté, très contrasté et présente trois principales formes :
-les basses terres localisées au Sud, à l’Est et à l’Ouest descendant parfois jusqu’à 200 m environ ;
-les plateaux du Ndé où culminent le mont Bangoulap (1542 m), les monts Batchingou (1340 m), les monts Bangoua (1500 m) ;
-les hautes terres dont les sommets varient entre 1400 et 1800 m dont le point culminant est le Mont Batchingou proprement dit avec environ 2097 m.
HISTORIQUE
 
Le nom Bangangté, qui désigne la Commune toute entière proviendrait d’une mauvaise prononciation par un colon allemand de l’expression originelle en langue locale, Medumba « Pah ha nteu», traduit de manière littérale en français par : ‘’ les refusant l’assujettissement ‘’, ce qui signifie en d’autres termes «Ceux qui refusent la domination des autres». Depuis cette période, cette expression caractérisant ce peuple va rester dans sa prononciation actuelle. 
 
Le peuplement de la région de l’Ouest en général est très ancien à la suite des grands mouvements migratoires des grassfield et conquêtes qui se sont déroulés dans cette zone au début du moyen âge. Ces peuples anciens de l’Ouest étaient regroupés dans des royaumes structurés *ayant à leur tête un chef. L’histoire du village Bangangté, autour duquel s’est développée la Commune est ancienne. Elle *commence vers le XVIIème siècle, notamment vers 1660, lorsque deux princes Banka Ngameni et Kameni, arrivent dans la région de Bangangté actuelle et s’installent. C’est ainsi que le noyau central de la commune de Bangangté aurait été fondé. Vers le XVIIIe siècle, le territoire va connaitre une expansion avec la création de plusieurs villages notamment Madoum, Batela, Lafeng, Bapoumpa, Mandja, Batoum, Bametcha, Famveu. Le groupement Batchingou va quant à lui se développer vers 1900 sous la houlette du chef Tchanang (1er de la dynastie à prendre le pouvoir dans le groupement). 
 
Vers la fin du XIXe siècle, plusieurs guerres tribales vont marquer l’histoire de cette partie : c’est ainsi que diverses guerres de conquêtes territoriales ont ruinées le village BONKEU et occasionné son déplacement successif ; les populations de Babou sorties au bord du Noun suite à la guerre avec les Bamouns ; la migration des Bandiangseu vers la plaine du Noun suite à une guerre avec les Bangoua ; les rivalités du village Bagnou contre les Ndepnou (Bangoua), Bazou et Bamena ; la guerre tribale entre Bandjuindjong et le peuple Bangoulap pour la conquête des terres ; vers 1880 la guerre tribale entre peuple Bantoum et peuple Bangangté ; guerre de conquête du chef de Feutap (Feu-Ngava) contre les autres chefs voisins de suite à son comportement publique ; vers 1875 Guerre des tranchées entre les Bangwa et les Bamena. Certains villages se sont créés à la fin du 19e siècle : Maham, Nounfam, Louh. Langweu, Babou, Bagnou… 
 
La pénétration coloniale dans la zone de l’Ouest va créer une période trouble dans cette partie. En effet les populations de l’espace qui forme la Commune de Bangangté vont subir de lourdes exactions avec l’arrivée des colonisateurs allemands à cause de la résistance qu’elles opposèrent à cette incursion (déportations des hommes pour les travaux forcés, massacre des résistants, destruction des villages et biens). Au cours de cette période certains villages comme Bitchoua, Madoum, Babou, Sanki, Bametcha, Bapoumpa se sont vidés de ses populations. Des chefs de village furent emprisonnés : le chef de Babou Yowa Philippe, le chef Bandiangseu … Le chef de Bangang Fokam TOUKAM (grand guerrier et martyr de sa localité) opposa une résistance farouche à l’arrivée des allemands et fit une résistance à l’invasion des Bamouns et des Bandjoun. 
 
La fin de cette période trouble vers 1915 est marquée par l’agrandissement et le développement de Bangangté avec la création de Batchingou, Bangweu, Poozou, Noumko, Noumtchouet, Ndoukong, Sanki (qui a été créé par les colons pour isoler les malades de la lèpre). 
 
L’histoire contemporaine a été également marquée par la pénétration du christianisme vers les années 1920 avec l’arrivée des premiers missionnaires protestants de l’église évangélique du Cameroun (EEC), puis des missionnaires catholiques. Cette arrivée des missionnaires sera marquée par la création des écoles dans les villages. 
IMG-20200120-WA0004
IMG-20200120-WA0011
*SITES TOURISTIQUES DU NDE*
 

*Bangangté

1. La grotte de Ntock-Si vers Toukoup ;
2. Forêt sacrée de Feulem ;
3. Ndiankatse (cours d’eau en labyrinthe) ;
4. Rocher de Mfeuchen et de Mfeun Ngwa ;
5. Pierre de Nekem ;
6. Chute de IRAD (située à Mango’o)
 
*Bangoulap
1. Palais royal ;
2. Chutes de Baba
3. Fondation Jean Félicien Gacha
4. Lieu sacré Nsi Ntagni
5. Rocher d’Hyènes à Nyamga
6. Grottes de Madoua, 
7. Reliques de la forge de Lafeng
 
*Bangoua
1. Palais royal ;
2. Musée royal ;
3. Chute de Bangoua ;
4. Rocher à corbeau ;
5. Cascade de Lono ;
6. Rivière à neuf affluents (Tah Mveu) ;
7. Grotte à hyènes ;
 
*Bangang-Fokam
1. Palais royal ;
 
*Batchingou
1- Palais royal ;
2- Le lieu sacré appelé She-Shia avec une chute située à 12 km de la chefferie ;
3- La Grotte aux neufs chambres spacieuses traversée par un cours d’eau.
 
*Bahouoc
1- Palais royal ;
2- Rivière Ketoutse ;
3- Les 9 pierres sacrées est un lieu de souvenirs à Bahouoc. Il commémore les terres spoliées au profit des Bangangté
*Bamena 
1- Palais royal ;
2- Chutes de Bamena à Mbangweuh ;
3- La paroisse Sainte-Famille de l’Église catholique de Bamena à Ntchou’Ntah
4- La grotte de tourbières : gigantesque pierre avec une histoire particulière du temps des maquis ;
5- Plusieurs forêts sacrées.
 
*Bazou
1- Palais royal ;
2- Grotte à chauve-souris de Ndiop
3- Chutes Gangtako, Botchoui, Mboutoung, Zoussang à Kassang ;
4- Pierre parlante (Bagnoum) ;
 
*Tonga
1- Palais royal ;
2- Chutes de Fagno.